Les soldes concurrencés par des nouveaux modes de ventes

À presque quatre semaines du lancement des soldes d’hiver, le bilan est mitigé. Selon l’Ipsos, 45% des Français ont affirmé qu’ils dépenseront moins qu’auparavant en 2013. La crise du pouvoir d’achat est passé par là, mais surtout de nouveaux modes de ventes, comme les soldes flottants.

 

Il n’est pas rare de voir affiché -80% sur les vitrines. Cet hiver, les remises sont exceptionnelles par rapport aux années précédentes. Selon Bouchra, 38 ans, gérante d’un magasin de chaussures Cosmo Paris dans le 6ème arrondissement, « la montée des soldes flottants associés à la crise nuisent aux vrais soldes, surtout depuis six mois. Les clients ne sont plus près à payer un article au prix fort alors qu’ils savent qu’à n’importe quel moment de l’année ils pourront se le procurer à -50% ». Selon le CEDEF (Centre de Documentation Economie-Finance), les « périodes complémentaires de soldes », plus couramment appelés soldes flottants consistent à autoriser les commerçants à organiser dans l’année deux semaines de soldes supplémentaires. Ainsi, à tout moment de l’année, les clients peuvent se procurer des articles soldés.

Pour aller plus loin, reportage vidéo avec Simon Buisson (JRI ) et Claire Estagnasié ( rédactrice ) :

 

La course aux bonnes affaires

Laure, étudiante de 22 ans, a choisit de ne pas aller faire les soldes d’hiver cette année : «  J’ai trop dépensé à l’automne dans des ventes privées ou dans des boutiques qui soldaient leurs articles juste avant les soldes, alors je fais attention. Mais d’ici un mois ou deux, je chinerai pour trouver des articles à prix réduits. De toute façon on en trouve partout maintenant. » Sur Internet, les bonnes affaires rivalisent : «  j’achète souvent sur le site Asos.com, une marque anglaise, qui propose des articles soldés à moins de 70% toute l’année, avec frais de port et droit à l’échange ou remboursement inclus » ajoute Laure.

Bouchra, la gérante de la boutique de chaussures, garde un peu d’optimiste sur son métier : « Internet fait concurrence, mais à long terme je pense qu’on reviendra au schéma d’avant, avec sa vendeuse attitrée, qui nous conseille et nous relooke, car les clients ont besoin de contact humain. »

Pourtant, avec un pouvoir d’achat en berne, les soldes classiques devraient être l’occasion de s’offrir ce qui est hors de portée le reste de l’année. Chez Sandro, boutique de prêt-à-porter haut de gamme, Juliette, vendeuse, considère que « les soldes marchent plutôt bien, car nous proposons jusqu’à -80%. Le public en période de soldes est différent de celui du reste de l’année. » Cet attrait des clients bénéficieraient donc plus aux marques pratiquants des prix élevés le reste du temps.

La Chambre de Commerce et d’Industrie de Région Paris Ile de France constate elle aussi que les soldes classiques sont concurrencés par ventes privées et autres périodes complémentaires de soldes. Julien Thuillier, spécialiste du commerce de la CCI, considère que « le dispositif des soldes flottants risque d’être remis en cause par le gouvernement pour conserver le côté événementiel des soldes ». Mis en place en 2008, le but affiché des soldes flottants était de relancer la consommation des ménages tout en permettant aux commerçants d’écouler leur stock. Les petits commerces sont les plus menacés face à la baisse du chiffre d’affaire généré par les soldes.

Par Claire Estagnasié 

 

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s