Marine Le Pen sur BFM/RMC : « Demain nous serons tous des chypriotes »

Marine Le Pen sur BFM/RMC : « Demain nous serons tous des chypriotes »

 Invitée de Jean-Jacques Bourdin vendredi 29 mars, Marine Le Pen critique l’intervention télévisée de François Hollande la qualifiant de « bricolage ».

tumblr_inline_mkfbqnLh4s1qz4rgp 

Marine Le Pen invitée sur BFMTV/RMC le vendredi 29 mars 2013 (capture d’écran)

« On ne peut pas apporter des petites réponses sorties d’une petite boîte à outils de bricolage. » La présidente du Front national reproche à François Hollande de « vouloir absolument tout changer sans rien changer », allant même jusqu’à qualifier l’intervention du chef de l’Etat sur France 2 de « grand oral d’HEC qui ne fait pas rêver ».

« Le sauvetage de l’euro est le danger majeur pour les épargnants »

Marine Le Pen critique notamment l’impasse faite par François Hollande sur l’euro et le dumping social des entreprises. Alors que Jean-Jacques Bourdinlui rappelle que le président s’est engagé à ne pas toucher aux dépôts bancaires, la leader frontiste réplique « c’est ce qu’on avait dit aux chypriotes aussi. Demain nous serons tous des chypriotes », avant d’ajouter que « le sauvetage de l’euro est le danger majeur pour les épargnants ».

« Pas un mot sur l’immigration »

Marine Le Pen reproche également que le président n’ait pas dit « un mot sur l’immigration’ ni « sur l’insécurité alors qu’il y a un mort tout les trois jours à Marseille ». Pour la chef de file du Front national, « l’immigration est un coût majeur pour notre pays, ainsi que la fraude sociale ». La conseillère régionale du Pas de Calais considère que « le problème c’est qu’on paye de plus en plus d’impôts et on a de moins en moins de service » alors qu’ « avec le taux d’imposition qui est le sien, la France a les moyens ». Se défendant de toute xénophobie et de toute agressivité, Marine Le Pen ajoute que le Premier ministre britannique David Cameron applique ses principes en matière d’immigration, et que « les immigrés peuvent venir mais ils subviendront à leur propres besoins ».

«  Je suis pour une économie libre »

“Je suis pour une économie libre. Je suis pour la liberté d’entreprendre. Moyennant quoi il y a une garantie des services publics à apporter”, a martelé Marine Le Pen, déplorant qu’il y ait selon elle “moins d’école, moins de policiers, moins de médicaments remboursés”. La présidente du Front national considère que « il peut y avoir une certaine forme d’assistanat, mais l’immense majorité des chômeurs veulent du boulot, et lorsqu’on fait entrer 200 000 personnes par an on obtient une déflation salariale ».

« Je suis une sous-députée européenne »

Alors que Jean-Jacques Bourdin lui demande de s’expliquer sur son faible bilan au Parlement européen, Marine Le Pen s’est défendue d’être présente à toute les sessions plénières, ajoutant: « je suis une non-inscrite. Vous savez comment ça marche? Je ne peux pas faire cela car je ne suis pas dans un groupe de députés. Moi je suis une sous-députée, je suis une députée de résistance! Je ne suis pas dans leur système. (…) Je n’ai pas le droit de faire des rapports ou de déposer des amendements.» Critiquant vertement la technocratie des institutions européennes , elle conclut par: « les français sont probablement incapables de nommer un seul député européen, sauf peut-être Mélenchon et moi même. »

Claire Estagnasié

>>> Voir le Tumblr du cours de Production numérique des élèves de l’EDJ « Tribulations numériques «