La Réunion: « La dégradation de l’île favorise les attaques de requins »

palmares-l-express

* * *

Une touriste de 15 ans a été tuée ce lundi par un requin sur l’île de la Réunion. L’océanographe Bernard Séret, spécialiste des squales à l’Institut de recherche pour le développement fait le lien entre développement de l’industrie touristique et la recrudescence des attaques.

La Réunion:  "La dégradation de l'île favorise les attaques de requins"

Une touriste de 15 ans a été tuée ce lundi à la Réunion. Selon les pompiers, son corps a été coupée en deux par un requin. ( REUTERS/Andrea Comas )

Nouvelle attaque de requin à La Réunion. Une touriste de 15 ans a été attaquée par un squale alors qu’elle se baignait dans la baie de Saint-Paul. Selon les pompiers, contactés par L’Express, elle aurait été coupée en deux par l’animal. Une partie de son corps est toujours recherché. Comment expliquer que La Réunion, si longtemps épargnée, soit désormais la cible de nombreuses attaques de requins? Les explication de l’océanographe Bernard Séret, chercheur à l’institut de recherche pour le développement. 

Quelle est la spécificité des requins de l’île de la Réunion?

Contrairement à l’Australie qui a un territoire immense et où activités de loisirs et biodiversité peuvent cohabiter, la Réunion est handicapée par son petit territoire. La côte sud est inhospitalière, la mer n’est pas très abordable, les récifs sont parsemés en confettis. Comment préserver l’écosystème en développant des infrastructures touristiques et des spots de surfs sur à peine 40 kmsde côte? De plus, la faune marine a évolué ces dernières années: le nombre de requins semblent être en légère augmentation, d’après les constatations des pêcheurs locaux, mais nous n’avons pas de données objectives pour le moment.

Les attaques de requins sont-elles en augmentation à la Réunion?

Les requins ont toujours attaqué les humains, mais les attaques mortelles sont plus fréquentes aujourd’hui. Avec le développement des activités de loisirs depuis les années 1970, l’écosystème de cette région a changé. Les côtes ont été dégradées, ce qui a poussé les requins qui y vivaient à se déplacer ailleurs. Il s’agissait de requins de petite taille, pas agressifs, mais très exigeants en terme de milieu marin. Les requins Gollum, qui mesurent plus de 3 mètres, les ont remplacés, car ils peuvent se développer même en milieu aquatique altéré. Cette espèce peut être très dangereuse pour l’homme et attaque fréquemment en eaux troubles, ce qui est le cas dans les estuaires pollués. Ils viennent parfois près des plages à une profondeur d’un mètre d’eau à peine. La surpêche joue aussi un rôle dans le rapprochement des requins près des côtes. Comme les petits poissons se font plus rares au large, ils viennent chercher de la nourriture plus près des côtes. La situation est préoccupante : la Réunion a connu une succession d’années noires depuis les années 1990.

Comment faire pour préserver l’équilibre entre sécurité humaine et biodiversité?

Le problème est insoluble actuellement. Seule une décision des élus locaux pourrait faire avancer la situation, en prenant en compte ce qu’est ce que le bien commun. En l’occurrence, faut-il investir dans un parc de loisirs ou une réserve marine? C’est un choix politique. Si l’on opte pour la préservation de la faune, il faut limiter les industries touristiques, à l’instar de ce qui se fait en Polynésie. Bien sûr cela a un coût au début, mais à terme l’écotourisme peut devenir rentable. Prenons l’exemple de Port Cros sur la Côte d’Azur près d’Hyères: ce projet a été très critiqué au début, mais aujourd’hui, grâce au parc national, on a réussi à sauvegarder l’écosystème tout en attirant de nombreux visiteurs. L’intérieur de la Réunion est classé au patrimoine mondial de l’UNESCO, nous pourrions aussi y rattacher les côtes. Installer des vigies pour surveiller les plages ne suffit pas à assurer la sécurité des touristes.

Propos recueillis par Claire Estagnasié pour Lexpress.fr , publié le 15/07/2013 à 16:23

En savoir plus sur http://www.lexpress.fr/actualite/societe/la-reunion-la-degradation-de-l-ile-favorise-les-attaques-de-requins_1259743.html#Txubf4wA2zmKlg7v.99

Publicités