Marie-Christine Lemardeley (PS) en terrain conquis à l’ENS

photo innovation
Marie-Christine Lemardeley à l’ENS

Mercredi 29 janvier, 20h40. Les retardataires ont du mal à trouver l’amphithéâtre Rataud de la prestigieuse Ecole Normale Supérieure, rue d’Ulm, pour assister à la réunion publique sur l’Innovation, présidée par Marie-Christine Lemardeley. Pour l’occasion, la candidate PS à la mairie du 5ème arrondissement s’est entourée d’universitaires de renom pour courtiser l’électorat intellectuel du quartier : le généticien Axel Kahn, Jean-Philippe Uzan, mathématicien et directeur adjoint de l’Institut Raymond Poincarré, l’entrepreneur Pierre Vilpoux, ainsi que Pascal Lederer, directeur de recherche au CNRS et membre de la section PCF du 5ème. Union des forces donc, à moins de deux mois du scrutin des municipales, pour « battre la droite » selon Pascal Lederer. Chaque intervenant prend la parole une dizaine de minutes, autour du thème de l’innovation. Entreprenariat, financement de la recherché, investissement… chacun accorde son violon pour convaincre une assemblée d’une cinquantaine de personne majoritairement composée d’universitaires.

L’enjeu électoral est de taille dans cet arrondissement qui recouvre la majorité du Quartier Latin. « 300 000 étudiants dans la capitale, dont 50 000 étrangers… Paris a la plus grande concentration de diplômés d’Europe », soutient Marie-Christine Lemardeley, présidente de l’Université Paris III Sorbonne Nouvelle, qui veut mettre la modernité au cœur de son programme de campagne en articulant « recherche fondamentale et innovation ». En clair, aider les recherches des universitaires à devenir de véritable brevet d’invention.

Axel Kahn, lui,  insiste sur la nécessité de « créer des locaux disponibles dans le 5ème, à proximité des chercheurs, pour ne pas leur imposer de choisir entre leur carrière académique et la recherche « . Dans la salle, un auditeur tente un « j’ai peut être la solution : l’école AgroParisTech va déménager en 2018, vous pourriez utiliser ces locaux « .

Le 5ème, « concentration de cerveaux au mètre carré »

Un homme, tout sourire, entre furtivement dans la salle 40 minutes après le début de la conférence. C’est Jean-Louis Missika, adjoint au maire de Paris chargé de l’innovation, la recherche et les universités, qui vient faire un passage éclair après avoir soutenu Anne Hidalgo au débat télévisé sur LCI opposant les cinq candidats à la Mairie de Paris. « Le 5ème arrondissement est celui avec le plus de cerveaux au mètre carré, c’est pourquoi nous avons besoin d’un maire qui favorise l’innovation, nous avons besoin de Marie-Christine ! » clame-t-il. Sitôt dit, sitôt reparti. Après cinq minutes d’intervention, Missika disparait comme il est apparu.

Dans l’amphithéâtre, une mathématicienne pointe du doigt le manque de moyen de la recherche : « tous les chercheurs internationaux veulent venir dans le 5ème. Mais je n’ose pas organiser de conférences car on manque de moyens et d’intendance ! » Jean-Philippe Uzan approuve sa consœur, et regrette « si on suit la logique comptable du ratio nombre d’étudiants par nombres de profs, des disciplines vont disparaître ». Presque tous déplorent le manque de temps et d’argent de la recherche depuis l’ère Sarkozy et la loi LRU de 2007, critiquée au sein du monde universitaire pour son rapprochement de l’enseignement supérieur avec l’entreprise. « Quand on est chercheur, on doit apprendre à perdre du temps » plaisante Jean-Philippe Uzan, précisant, plus sérieusement « il faut reconnaître l’échec comme une valeur, et suivre, comme Samuel Beckett, le précepte suivant : try again, fall again, fall better ». Pierre Lederer approuve et ajoute : « Si Marie Curie avait fait ses recherches dans les conditions actuelles, elle n’aurait probablement pas découvert la radioactivité « .

Dans la salle,  les applaudissements fusent après chaque intervention. Il faut dire qu’avec un public composé majoritairement d’enseignants, de chercheurs et de sympathisants de gauche,   la présidente de l’Université de la Sorbonne Nouvelle est ce soir en terrain conquis.

Claire Estagnasié pour Paris5sur5