Le deuxième tour des élections municipales, ce que l’on sait à 21h30

Flickr/CC/Fredart
Crédit photo: Flickr/CC/Fredart

Alors que le deuxième tour des élections municipales se joue ce dimanche 30 mars, voici le point sur ce que l’on sait à 21h30 (voir ICI ce que l’on savait à 19h50).

Anne Hidalgo emporterait la mairie de Paris avec 54,5% des voix, selon les estimations données par l’IFOP. Si cette estimation se vérifie, le résultat ne serait pas aussi serré que prévu. Pourtant la candidate de l’UMP Nathalie Kosciusko-Morizet avait remporté plus de voix que sa rivale socialiste Anne Hidalgo au premier tour (35,64% contre 34,4%).Selon l’AFP, Jean-Louis Missika, le directeur de campagne d’Anne Hidalgo, annonce une « victoire éclatante« . Bruno Julliard, le porte-parole d’Anne Hidalgo, annonce déjà la victoire de la candidate PS sur Twitter.

Réplique cinglante des équipes de NKM pour qui, à 20h58, rien n’est encore joué.

Dans tous les cas, la première femme maire de Paris sera élue ce dimanche soir. Alors qu’à 20h, les bureaux de vote parisiens ont fermé, il est désormais l’heure du dépouillement, sous le contrôle des assesseurs. Les résultats d’arrondissement seront connus vers 22h. Que ce soit Anne Hidalgo ou Nathalie Kosciusko-Morizet, c’est la première fois qu’une femme est maire de la capitale. Si son nom sera révélé ce soir, la nouvelle résidente de l’Hôtel de Ville sera toutefois élue officiellement le 5 avril.

Le taux de participation a remonté juste avant la fermeture des bureaux de votes à Paris. Alors qu’à 18h, le taux de  participation n’était que de 38,5% à Paris, il s’est établit définitivement à 58,41% de participation à 20h. Au second tour, en 2008, le taux de participation était de 56,25%. Ne ratez pas notre carte interactive qui compare le taux d’abstention entre le premier et le second tour sur les cinq arrondissements de Paris couverts par Paris 5 sur 5.

Un tsunami bleu au niveau national. Dans le reste de la France, certaines villes ont créé la surprise, comme Avignon qui bascule finalement à gauche, alors que Quimper tombe aux mains du Front National. Louis Aliot, candidat FN à Perpignan, perd face à l’UMP mais avec un score de 45,64% malgré le désistement du candidat PS après le premier tour. Gilbert Collard, soutenu par le FN, perd à Saint Gilles, contre toute attente. Mais, à Paris, la vague FN est limitée et la capitale reste a priori à gauche, toujours selon les estimations.

>> Pour plus d’infos suivez notre émission en direct animée par Simon Buisson et Marie Monier >>

Claire Estagnasié pour Paris5sur5