L’Algérie sans Internet à cause du bac

 

Société|De notre correspondante à Alger, CLAIRE ESTAGNASIÉ|20 juin 2016, 6h55|
Des sujets du bac algérien ont fuité sur les réseaux sociaux au début du mois.(LP/Arnaud Journois.)

Comme une punition électronique. Depuis deux jours, l’Algérie connaît une coupure d’Internet sans précédent. Un black-out décidé par le ministère des Postes et Télécommunications, en raison des fraudes qui ont entaché la première session du bac, début juin. Alors que des lycéens repassent certaines matières cette semaine, une méthode radicale a été adoptée pour contrer la triche.

Entre le 29 mai et le 2 juin, les réseaux sociaux ont été le réceptacle de nombreuses fuites de sujets. La ministre de l’Education, Nouria Benghebrit, a décidé de refaire passer des écrits à 38 % des candidats. « Ce n’est pas la première fois qu’il y a des fraudes, mais avec les réseaux sociaux, le phénomène a pris de l’ampleur », raconte Rania, en terminale. « La rumeur dit que c’est le gouvernement qui a fait fuiter les sujets, pour jeter le discrédit sur la ministre de l’Education », nuance Amazigh, un camarade.

 

Lire la suite « L’Algérie sans Internet à cause du bac »

Publicités