“J’AI EU LE BLUES, BABY”: LA DÉPRESSION POST-PARTUM, UN SUJET ENCORE TABOU

À l’occasion de la sortie d’un livre intitulé Du baby blues à la dépression post-partum, coécrit par la journaliste Joséphine Lebard et la psychanalyste Katia Denard, retour sur ce phénomène méconnu et tabou qui touche certaines mères après leur accouchement.

 

Louise Bourgoin dans “Un Heureux évènement” DR
Louise Bourgoin dans “Un Heureux évènement” DR

Combien de femmes souffrent de dépression post-partum après la naissance d’un enfant? 10 %? 20%? Sujet encore tabou, les chiffres sont flous car la plupart de celles qui en souffrent n’osent pas en parler. C’est à ce thème qu’a décidé de s’intéresser la journaliste Joséphine Lebard qui a elle-même connu ce type de dépression, bien plus profond qu’un simple baby blues, après la naissance de son fils. Elle en a tiré un livre ludique, coécrit avec la psychanalyste Katia Denard, intitulé Du baby blues à la dépression post-partum. Rencontre avec cette auteure qui prouve que la dépression post-partum, non seulement on s’en sort, mais on peut même écrire dessus.

>>> Lire l’article sur Cheek

Lire la suite »

Pourquoi avoir un 2e enfant est plus difficile à gérer pour les mamans que pour les papas

logo atlantico

* * *

Avoir un deuxième enfant est difficile à gérer pour les mamans.
Avoir un deuxième enfant est difficile à gérer pour les mamans.

A l’arrivée du deuxième enfant, 40% des hommes contre 65% des femmes sont susceptibles d’être moins heureux dans la première année ou deux après la naissance. C’est en effet à ce stade de la vie du couple que certains effets de spécialisation des rôles conjugaux s’affirment.

Lire la suite »

Trop vieille à 37 ans pour jouer la partenaire amoureuse d’un acteur de 55 ans : les mœurs changent, les préjugés sur l’âge demeurent

logo atlantico

***

L'actrice américaine Maggie Gyllenhaal. Crédit Reuters
L’actrice américaine Maggie Gyllenhaal. Crédit Reuters

Récemment, l’actrice américaine Maggie Gyllenhaal, 37 ans, a confié s’être vu refuser un rôle où elle devait jouer la compagne d’un homme de 55 ans, car jugée “trop vieille”. Car malgré la libéralisation des mœurs, le « jeunisme » est toujours très présent dans les relations des hommes envers les femmes.

Lire la suite »

Les hommes, nouvelles victimes du sexisme publicitaire ?

Les hommes aussi sont victimes de sexisme. Telle est la thèse de David Benatar, auteur de « The Second Sexism, Discrimination Against Men and Boys », ouvrage dont le titre fait échos au Deuxième Sexe de Simone de Beauvoir. Le philosophe sud-africain liste les discriminations contre les hommes, comme la conscription masculine systématique dans certains pays, la violence hors sexuelle qui s’exercent majoritairement contre les hommes (agressions, meurtres..), la surreprésentation des hommes dans la population carcérale… Et dans la publicité ?

En mai dernier, une vidéo d’étudiants canadiens de l’Université de la Saskatchewan intitulée « Representations of Gender in Advertising » qui  inversait les rôles hommes/femmes dans des publicités considérées comme sexistes a fait le tour de la toile. Le but de ce collectif était de rendre ridicule les publicités originales, voire de créer un malaise chez l’internaute.

Par exemple, dans la publicité Calvin Klein Jeans ci-dessous mettant en scène un viol collectif :

image

Lire la suite »

Qu’est ce que le porno-chic ?

Corps de femmes dénudés, poses lascives, positions sexuelles, accessoires de mode érotisés… Le « porn-chic », ou « porno-chic », se retrouve régulièrement dans la publicité, en particulier pour des produits de luxe comme les parfums ou les cosmétiques.

On l’a découvert en France au début des années 2000 lorsque Nathalie Rykiel, directrice artistique de la marque Sonia Rykiel et fille de la créatrice, exposait des godemichés dans la vitrine de sa boutique à Saint-Germain-des-Prés. Cette tendance marketing est inspirée du « porno-chic » des années 1970 aux Etats-Unis, d’abord présent dans des films érotiques sophistiqués, puis repris par la pop culture pour des photographies de mode ou des publicités. Le photographe Helmut Newton est notamment un pionnier de ce style.    « La sexualité est un jeu », explique le sociologue Yves Ferroul,  qui met en garde« mais gare à la publicité, qui a tendance à banaliser les gadgets érotiques à des fins économiques et non philanthropiques! ».

image
Publicité Gucci “pornchic” de 2003, élaborée par Tom Ford sous l’influence de son amie Carine Roitfeld, rédactrice en chef de Vogue.

Lire la suite »

Le deuxième tour des élections municipales, le bilan à 23h

Le tweet de remerciement d'Anne Hidalgo le 30 mars 2014 Les élections municipales à Paris, c’est fini! Voici le point sur ce que l’on sait à 23h (voir ICI ce que l’on savait à 21h30).

NKM félicite Anne Hidalgo. La candidate UMP a appelé sa rivale socialiste pour la féliciter après sa victoire avec près de 54% des voix. Anne Hidalgo a rendu la politesse en remerciant Nathalie Kosciusko-Morizet sur Twitter pour ses «félicitations républicaines». Toujours sur Twitter, la nouvelle maire de Paris a aussi remercié « Paris » sur Twitter et annoncé à l’AFP vouloir « faire de Paris une ville plus juste et solidaire, fidèle à ses valeurs ».

Lire la suite »

Comment naît une publicité ?

 

Caroline P., chef de publicité dans une agence spécialisée luxe, revient sur les étapes de conception d’une publicité.

Qui choisi les lignes directrices d’une publicité ?

Caroline P. : « La Marque et l’Agence de Publicité se rencontrent pour le « brief marketing », réunion lors de laquelle la Marque expose ses attentes en communication, ses objectifs, ses cibles stratégiques, le marché,les contraintes financières ou temporelles. À partir de là, les concepts publicitaires sont développés par l’Agence en vue de la réalisation effective d’une campagne.”

 

image
La dernière publicité de la marque américaine American Apparel

 » Tu vois un naturopathe ? « 

palmares-l-express

* * *

L’Express n°3238, mercredi 24 juillet 2013, p 34-35

photo (2)

* * *

Consulter un homéopathe, un ostéopathe, un acupuncteur, c’est banal. Désormais, pour être original, il faut se rendre chez le naturopathe. A ses risques et périls.

Par Estelle Saget et Claire Estagnasié

photo (1)

photo

 

 

"Tu vois un naturopathe ?"

Isabel a ouvert son cabinet à Paris au-dessus du magasin bio où elle travaille. (M. Chaumel/DIVERGENCE pour L’Express)

 

Ceux qui consultent un naturopathe ne le crient pas sur tous les toits. Avant de se dévoiler auprès de leurs amis, les adeptes de cette discipline non homologuée tâtent d’abord le terrain, vérifient si ceux-ci fréquentent les magasins bio, s’ils ont une opinion favorable à l’homéopathie, s’ils traquent, comme eux, la mention « huile de palme » au dos des paquets de biscuits. Car, sinon, la sanction est immédiate, comme le raconte Isabelle, qui s’est heurtée, plusieurs fois, à l’incompréhension: « Toi, tu vois un naturopathe? Mais ce sont des charlatans! » Pourtant, le cercle des initiés ne cesse de s’agrandir, à en juger par le nombre croissant de professionnels se revendiquant aujourd’hui de cette spécialité. Ils sont désormais 500 affiliés au registre des naturopathes (1), géré par les établissements qui organisent les formations. Et un millier d’autres exercent hors de ce cadre, selon Daniel Kieffer, directeur de la principale école, le Collège européen de naturopathie traditionnelle holistique (Cenatho). Lire la suite »

Egalité parentale: des pères réclament la garde alternée automatique

express

* * *

Ce dimanche, une quinzaine d’associations de défense des droits des pères ont manifesté à Paris entre la place de l’Opéra et la place Vendôme pour réclamer la garde alternée érigée en droit commun.

Par Claire Estagnasié

« 50% père + 50% mère = 100% enfant heureux », « les enfants ne divorcent pas de leurs parents » ou encore « Jamais sans Papa »… Voici les messages des pancartes brandies par une centaine de pères séparés, réunis pour défendre leurs droits, ce dimanche à Paris. Certains arborent la photo de leur enfants reproduite sur un tee-shirt blanc, d’autres tiennent un ballon estampillé « j’aime papa », quelques uns ont même osé un déguisement.

Lire la suite »