Les crèches, trophée ( presque exemplaire ) des Tiberi dans le 5ème

En matière de garde d’enfants, le 5ème arrondissement de Paris serait-il l’exception qui confirme la règle ? Alors qu’en France, une majorité de parents peinent à dénicher une crèche susceptible d’accueillir leurs bambins, aux abords du Panthéon, « 100% des familles qui le demande ont une place », jure Dominique Tiberi, fils du maire sortant, et candidat à la succession de son père.

Une rareté nationale.  A l’échelle du pays, la crèche est une des solutions de garde les  moins« accessibles »  : 56% des familles souhaitant  en bénéficier n’obtiennent pas de place, selon uneétude  récente de la Cnaf  (Caisse nationale des allocations familiales). Et à Paris la situation est encore plus critique, avec 33.000 places pour près de 100 000 enfants de moins de 3 ans.

« Les places en crèche dans le 5ème arrondissement, c’est un cas exceptionnel dans Paris »,reconnaît Dominique Tiberi. Mais « nous n’avons pas de liste d’attente », assure-t-il. L’objectif de campagne du candidat dissident UMP est donc de maintenir le niveau d’équipement de l’accueil des enfants en bas âge hérité de son père, Jean Tiberi.

Avec deux lits pour trois enfants nés dans l’arrondissement, le 5ème  est régulièrement cité en exemple. Mais l’arrondissement est-il réellement, cette île aux enfants, que revendiquent les Tiberi ? Lire la suite « Les crèches, trophée ( presque exemplaire ) des Tiberi dans le 5ème »

Publicités

La réforme des rythmes scolaires se met en place en ordre dispersé

le-monde

* * *

Le Monde , journal n°21340 du Jeudi 29 août 2013, page 10

* * *

La réforme des rythmes scolaires se met en place en ordre dispersé

LE MONDE | 28.08.2013 à 10h29 •  |Par Mattea Battaglia et Claire Estagnasié

Dans une école de Nantes, en septembre 2011.

C’est « le » sujet dont tous les parents d’élèves parlent à cinq jours de la rentrée ; un sujet qui a éclipsé bien d’autres aspects de la « refondation de l’école » voulue par le ministre de l’éducation nationale, Vincent Peillon. Dans les quelque 4 000 communes qui ont choisi de revenir, dès 2013, à la semaine de 4,5 jours d’école – la majorité préférant attendre 2014 –, l’épineuse réforme des rythmes scolaires se fait en ordre dispersé. C’était l’une des craintes mises en avant au plus fort de la contestation, début 2013. C’est aussi ce qu’a souligné, le 27 août, le SNUipp-FSU, principal syndicat du primaire, en présentant les remontées du terrain de 2 000 écoles.

« Que ce soit en termes d’organisation du temps scolaire, de contenu des activités périscolaires, de leur encadrement ou de leur coût, la diversité prévaut dans la mise en oeuvre de la réforme », affirme Sébastien Sihr, secrétaire général de ce syndicat. Une diversité qui rime parfois avec inégalités. Alors qu’à Paris, les 137 000 écoliers ploient un peu sous l’offre – 7 700 ateliers proposés, les mardis et vendredis, dans 662 écoles –, d’autres enfants devront se contenter de peu, selon le SNUipp-FSU, qui a déjà recensé une vingtaine de communes où ce sera« garderie tous les soirs ».

La diversité prévaut aussi dans les emplois du temps. La Rue de Grenelle avait fixé le cadre général, limitant les journées de classe à 5 h 30, en contrepartie du retour au mercredi matin travaillé – ou au samedi, ..

>> Lire la suite sur l’édition abonnés 

Egalité parentale: des pères réclament la garde alternée automatique

express

* * *

Ce dimanche, une quinzaine d’associations de défense des droits des pères ont manifesté à Paris entre la place de l’Opéra et la place Vendôme pour réclamer la garde alternée érigée en droit commun.

Par Claire Estagnasié

« 50% père + 50% mère = 100% enfant heureux », « les enfants ne divorcent pas de leurs parents » ou encore « Jamais sans Papa »… Voici les messages des pancartes brandies par une centaine de pères séparés, réunis pour défendre leurs droits, ce dimanche à Paris. Certains arborent la photo de leur enfants reproduite sur un tee-shirt blanc, d’autres tiennent un ballon estampillé « j’aime papa », quelques uns ont même osé un déguisement.

Lire la suite « Egalité parentale: des pères réclament la garde alternée automatique »

Disparus : l’APEV dénonce l’abandon de la Recherche dans l’intérêt des familles

 

 

 

le-parisien-logo2

* * *

2831845_boulay_640x280

AlAin Boulay, président de l’APEV. | Capture Youtube

Le 25 mai, la Journée internationale des enfants disparus est l’occasion faire le point sur les recherches de ceux qui se sont volatilisés sans donner de nouvelles. Alain Boulay, fondateur et président de l’association Aide aux parents d’enfants victimes, (APEV) regrette l’abrogation de la Recherche dans l’intérêt des familles (RIF) par Manuel Valls le 26 avril dernier. Lire la suite « Disparus : l’APEV dénonce l’abandon de la Recherche dans l’intérêt des familles »

« Les enfants adoptés ne sont pas dans l’illusion »

En plein débat sur le projet de loi sur le mariage pour tous, l’adoption des enfants est le point qui coince chez les « anti ». Le pédopsychiatre Stéphane Clerget, lui,  est favorable à l’adoption pour les couples homosexuels, mais pas à la PMA et la GMA.

steph clerget

Le docteur Stéphane Clerget dans son cabinet

Interview de Stéphane Clerget par Claire Estagnasié