Court répit pour les demandeurs d’asile de Perpignan

france bleu

* * *

Sursis de 45 jours pour trois familles étrangères déboutées de leur droit d’asile. Ces serbes, tchéchènes et mongoles avec des enfants en bas âge avaient été mis à la rue en juillet. Après l’examen du dossier en préfecture aujourd’hui, ils vont pouvoir être relogés pour quelques mois, avec assignation à résidence.
Pour Nicole Mathieu, présidente de la Cimade à Perpignan, la décision de la préfecture était la seule issue possible, puisque l’association de défense des étrangers n’a plus les moyens d’aider les familles.


Propos recueillis par Claire Estagnasié.
La Cimade a fait prévaloir un article de loi qui prévoit une prise en compte humanitaire des familles avec enfants en bas âge ou personnes malades.

Mais pour ces familles serbes tchéchènes et mongoles, ce n’est qu’un délai supplémentaire de 45 jours, reconductible une seule fois.

Des associations qui sont donc toujours sur la brèche, et qui jonglent avec les procédures administratives.
En tout, à Perpignan, environ 60 demandeurs d’asile ont été relogées par des associations en 2013.

Claire Estagnasié pour France Bleu Roussillon

Quel est le véritable bilan des ZSP ?

presumeinnocent

* * *

Le 12 mai dernier, Manuel Valls déclarait à propos des Zones de Sécurité Prioritaires dans un entretien au Parisien-Aujourd’hui en France : « la méthode est la bonne, les premiers résultats sont là ».

Des premiers résultats certes.…Mais incomplets. Objection !

article_Taubira_VALLS_ZSP-300x224

Manuel Valls et Christiane Taubira

C’était le 52ème engagement de François Hollande : «  je créerai des zones de sécurité prioritaires (ZSP) où seront concentrés davantage de moyens ». Par la circulaire du 30 juillet 2012, Manuel Valls, ministre de l’Intérieur, définit un peu plus précisément les ZSP comme des « territoires ciblés dans lesquels des actes de délinquances ou d’incivilité sont structurellement enracinés ». Une définition relativement imprécise pour évoquer une concentration des moyens de sécurité, avec une mise en œuvre localisée et adaptée à chaque situation : « à l’aide d’effectifs supplémentaires et d’une coordination renforcée entre l’ensemble des forces de sécurité compétentes sur un territoire, la justice et les partenaires locaux ».Lire la suite »