L’étude choc : quand votre âge biologique se révèle être le double de votre âge réel

logo atlantico

***

L'âge biologique n'est pas le même que l'âge réel.  Crédit DR
L’âge biologique n’est pas le même que l’âge réel. Crédit DR

Nées le même jour, certaines personnes ont un âge biologique inférieur, d’autres largement supérieur à leur âge réel. Quantifier l’âge biologique sur une personne encore jeune permettrait de savoir comment ralentir le processus de vieillissement.
Lire la suite « L’étude choc : quand votre âge biologique se révèle être le double de votre âge réel »

Publicités

Pourquoi les scientifiques pensent que le lait cru est toxique

logo atlantico

***

Le lait cru peut être toxique.  Crédit Reuters
Le lait cru peut être toxique. Crédit Reuters.

Le lait cru est celui qui vient de sortir du pis de l’animal, sans stérilisation thermique. Alors que la demande augmente, les experts mettent en garde contre les risques d’intoxication alimentaire que cet aliment peut provoquer, telles que la tuberculose ou la salmonellose.

Lire la suite « Pourquoi les scientifiques pensent que le lait cru est toxique »

Syndrome de l’accent étranger après un choc : enfin l’explication ?

logo atlantico

***

Le syndrome de l'accent étranger se manifeste, après un choc, dans le fait d'adopter un accent différent de celui de naissance. Crédit Reuters
Le syndrome de l’accent étranger se manifeste, après un choc, dans le fait d’adopter un accent différent de celui de naissance. Crédit Reuters.

Parler avec un autre accent après un accident. Affectation médicale encore méconnue, le syndrome de l’accent étranger se manifeste, après un choc, par le fait d’adopter un accent différent de celui de naissance. Un changement qui rime souvent avec perte d’identité, et qu’on commence seulement à mieux comprendre.
Lire la suite « Syndrome de l’accent étranger après un choc : enfin l’explication ? »

Traiter la dépression sans médicament, c’est possible

logo atlantico

***

La rTMS est une technique de stimulation cérébrale.
La rTMS est une technique de stimulation cérébrale.

Une récente étude britannique publiée sur le site Magstim a mis en évidence que dans certains cas de dépressions sévères (Major Depressive Disorder, ou MDD), utiliser des TMS (Transcranial Magnetic Stimulation) conduit à des effets durables et bénéfiques grâce à la plasticité du cerveau.

Lire la suite « Traiter la dépression sans médicament, c’est possible »

La réalité franchement pas rafraîchissante de ce qu’il y a dans l’eau du robinet

logo atlantico

 

 

* * *

L’eau est indispensable à la vie. Nous en buvons tous les jours. Pourtant, l’eau du robinet (et l’eau embouteillée aussi…) contiendrait des produits pas très ragoutants, ayant de graves conséquences en matière de santé publique.

La réalité franchement pas rafraichissante de ce qu’il y a dans l’eau du robinet. Crédit Pixabay
La réalité franchement pas rafraichissante de ce qu’il y a dans l’eau du robinet. Crédit Pixabay

Atlantico : Une étude américaine a relevé la présence de produits chimiques dans l’eau du robinet, comme du chrome, de l’arsenic ou des sous-produits désinfectants. Qu’en est-il de la composition de l’eau du robinet en France?

Claude Danglot : En France on ne trouve pas de métaux lourds dans l’eau du robinet, les Etats-Unis sont très en retard par rapport à nous. Mais il y a un problème en France aussi : on trouve des antibiotiques, des pesticides, des perturbateurs endocriniens… Même si la quantité de chacun de ces produits respecte les normes sanitaires, la somme des toxicités de ces différents produits est dangereuse à terme pour l’être humain.

De plus, même si certains produits sont considérés comme non toxiques par les normes en vigueur, la communauté scientifique sait bien qu’ils sont nocifs quand même. Les bonbonnes d’eau que l’on trouve dans les bureaux, ainsi que l’eau embouteillée, sont toxiques également, car les contenants contiennent du bisphénol A, qui a un effet épigénétique, c’est-à-dire qu’il joue sur la structure de l’ADN et donc les effets dramatiques se transmettent de générations en générations, comme des malformations congénitales. Il n’existe à ce jour aucune norme sur l’eau en bonbonne.

>>> A lire également : Pourquoi être déshydraté peut être largement aussi dangereux que boire trop d’alcool

Read more at http://www.atlantico.fr/decryptage/realite-franchement-pas-rafraichissante-qu-dans-eau-robinet-claude-danglot-2120541.html#IS49OFPJUjAARgot.99

>>> Lire la suite sur Atlantico.fr

Lire la suite « La réalité franchement pas rafraîchissante de ce qu’il y a dans l’eau du robinet »

Un test de dépistage du Sida sur la plage proposé par Aides

france bleu

* * *

Des tests SIDA sur la plage ! C’est ce que propose l’association Aides à partir d’aujourd’hui au Bocal du Tech… jusqu’au 1er septembre, les bénévoles vous proposent de vous faire dépister gratuitement et anonymement, tous les samedis et mercredis en fin de journée…
En quelques minutes, c’est fait… on obtient un résultat grâce à une goutte de sang prélevée sur le bout du doigt…
La technique est la même que celle utilisée pour le diabète.
Les bénévoles sillonent la plage en pratiquant le « serviette à serviette », une technique de contact qui favorise dialogue et convivialité.
Claire Estagnasié les a suivi sur la plage du Bocal du Tech…



Pour Lionel Caze, co-président d’AIDES Languedoc-Roussillon, le « serviette à serviette » sur la plage permet de sensibiliser un public plus large, qui ne pense pas forcément à se déplacer dans un CDAG, un Centre de Dépistage Anonyme et Gratuit.

Ce test très simple est proposé par l’association AIDES partout en France pendant le reste de l’année, dans des discothèques et dans les locaux de l’association. C’est anonyme et gratuit.

Claire Estagnasié pour France Bleu Roussillon

 » Tu vois un naturopathe ? « 

palmares-l-express

* * *

L’Express n°3238, mercredi 24 juillet 2013, p 34-35

photo (2)

* * *

Consulter un homéopathe, un ostéopathe, un acupuncteur, c’est banal. Désormais, pour être original, il faut se rendre chez le naturopathe. A ses risques et périls.

Par Estelle Saget et Claire Estagnasié

photo (1)

photo

 

 

"Tu vois un naturopathe ?"

Isabel a ouvert son cabinet à Paris au-dessus du magasin bio où elle travaille. (M. Chaumel/DIVERGENCE pour L’Express)

 

Ceux qui consultent un naturopathe ne le crient pas sur tous les toits. Avant de se dévoiler auprès de leurs amis, les adeptes de cette discipline non homologuée tâtent d’abord le terrain, vérifient si ceux-ci fréquentent les magasins bio, s’ils ont une opinion favorable à l’homéopathie, s’ils traquent, comme eux, la mention « huile de palme » au dos des paquets de biscuits. Car, sinon, la sanction est immédiate, comme le raconte Isabelle, qui s’est heurtée, plusieurs fois, à l’incompréhension: « Toi, tu vois un naturopathe? Mais ce sont des charlatans! » Pourtant, le cercle des initiés ne cesse de s’agrandir, à en juger par le nombre croissant de professionnels se revendiquant aujourd’hui de cette spécialité. Ils sont désormais 500 affiliés au registre des naturopathes (1), géré par les établissements qui organisent les formations. Et un millier d’autres exercent hors de ce cadre, selon Daniel Kieffer, directeur de la principale école, le Collège européen de naturopathie traditionnelle holistique (Cenatho).  Lire la suite  » » Tu vois un naturopathe ? « «